[Journal Club] Quand chimie et médecine s’unissent pour lutter contre les maladies inflammatoires de l’intestin !

A cell penetrant manganese SOD-mimic is able to complement MnSOD and exerts an anti-inflammatory effect on cellular and animal models of inflammatory bowel diseases. In English here.

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin telles la maladie de Crohn sont caractérisées par une inflammation de la paroi du tube digestif. Évoluant par poussées alternées de périodes de rémission, ces pathologies, qui affectent plus de 200 000 personnes en France, bouleversent fortement leur qualité de vie. À ce jour, il n’existe pas de traitement curatif, les médicaments actuels ne permettent que de contrôler et de soulager les symptômes.

Les recherches de la dernière décennie ont montré que le stress oxydant est impliqué dans de nombreuses situations pathologiques inflammatoires, comme celle-ci. Ce stress oxydant correspond notamment à un déséquilibre entre les défenses naturelles anti-oxydantes et la production d’espèces réactives de l’oxygène. Chez les patients souffrant de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, une enzyme contenant du manganèse (appelée « Mn SuperOxyde Dismutase » – MnSOD) qui permet la régulation de ce stress oxydant est inactivée.

Des complexes de manganèse « mimant » l’enzyme MnSOD ont été mis au point par des équipes du Laboratoire des BioMolécules (CNRS/ENS/UPMC /INSERM). Ces complexes dits mimes de SOD ont la particularité d’être de taille réduite et pénètrent donc facilement dans les cellules afin de lutter contre l’inflammation, remplaçant l’enzyme MnSOD.

Afin de mieux comprendre l’activité biologique de ces mimes, les chercheurs ont étudié en détail leur pénétration et leur localisation intracellulaire. Ils ont aussi cherché à savoir ce que devenaient ces complexes dans la cellule. Pour cela, ils ont mis en œuvre plusieurs techniques : spectroscopie par résonance paramagnétique électronique, spectrométrie de masse et microscopie par fluorescence X, technique émergente permettant de cartographier les métaux (le manganèse pour ce sujet). Cette approche de « chimie inorganique cellulaire » permet ainsi d’obtenir une image fine, précise et complète des paramètres contrôlant l’activité en milieu biologique. L’étude montre ainsi qu’un de ces mimes de MnSOD a une forte activité anti-inflammatoire sur un modèle cellulaire de ces maladies et est capable de remplacer la MnSOD.

Ces résultats très prometteurs ouvrent la voie vers un traitement curatif des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et plus généralement des pathologies inflammatoires.

Ce projet est financé par l’ANR (ANR-15-CE07-0027-01).

Référence

Emilie Mathieu, Anne-Sophie Bernard, Nicolas Delsuc, Elodie Quévrain, Géraldine Gazzah, Barry Lai, Florian Chain, Philippe Langella, Maria Bachelet, Joelle Masliah, Philippe Seksik, & Clotilde Policar A Cell-Penetrant Manganese Superoxide Dismutase (MnSOD) Mimic Is Able To Complement MnSOD and Exerts an Antiinflammatory Effect on Cellular and 
Animal Models of Inflammatory Bowel Diseases Inorg. Chem. 15 février 2017 DOI: 10.1021/acs.inorgchem.6b02695

Contact chercheur

Clotilde Policar, Laboratoire des Biomolécules, Département de chimie, École normale supérieure, PSL Research University, Sorbonne Universités, UPMC Univ. Paris 06, CNRS, 24 rue Lhomond, 75005 Paris, France. Courriel :  T 01 44 32 24 20

Contact Communication Chimie :

Nicolas LEVY, Responsable Communication Chimie, Département Chimie ENS (www.chimie.ens.fr

Communique_Presse_Peptides, Glycoconjugués_ MetauxenBiologie_Mars_2017
Tagged with: